Mesurer et réduire l'empreinte carbone

Les enjeux

Les émissions de gaz à effet de serre contribuent au changement climatique. Ce changement a des conséquences visibles - et souvent néfastes - sur les écosystèmes. Dès lors, en tant qu’entreprise responsable, EDF Luminus a décidé il y a cinq ans de mesurer son empreinte carbone globale, afin d’identifier les principales composantes de cette empreinte et de mieux orienter les actions de réduction, qu’elles se situent au sein même de l’entreprise, chez les clients, ou qu’elles soient du ressort des politiques publiques. C’est aussi de cette façon qu’EDF Luminus peut devenir le premier partenaire énergétique en Belgique.

Les composantes d'une empreinte carbone

Toute activité humaine, professionnelle ou privée, génère des émissions. Celles-ci peuvent être distinguées selon leur nature, leur origine, ou le type d’action qui peut – ou pas – être mené pour en diminuer le volume.

 

Certaines sources d’émissions sont sous contrôle direct de l’entreprise, comme la consommation d’électricité dans les bâtiments dont l’entreprise est propriétaire. Le contrôle est indirect lorsque l’entreprise n’est que locataire.

 

D’autres sources d’émission sont sous son contrôle partiel. Dans le cas d’EDF Luminus, on peut citer le rendement des unités de production thermiques et leur régime de fonctionnement (peu ou beaucoup de démarrages, à pleine charge ou à charge partielle, ...). Le taux d’émissions associé dépend des choix effectués par EDF Luminus lors du renouvellement de son parc de production, mais aussi voire surtout de l’évolution des technologies mises en oeuvre par les constructeurs. En général, l’augmentation des rendements va de pair avec la réduction des émissions.

 

Quant aux émissions effectives, elles dépendent de l’évolution de la consommation des clients et des parts de marché de l’entreprise, mais aussi des politiques énergétiques de chaque pays, et du « merit order » sur les marchés de gros, qui privilégient les échanges les moins coûteux, après absorption de la production d’origine renouvelable. Concernant son propre mix énergétique, EDF Luminus s’efforce donc de réduire l’empreinte carbone de son parc de production, en fermant progressivement les centrales les plus polluantes et en développant l’éolien terrestre.

 

Enfin, dans le cas d’un énergéticien comme EDF Luminus, une grande partie de l’empreinte carbone (consommation de gaz naturel ou d’électricité par les clients finaux) échappe au contrôle direct de l’entreprise. Contribuer à réduire la consommation de ses clients, ou limiter l’impact environnemental de celle-ci via des sources d'énergie renouvelables, est par conséquent une priorité pour EDF Luminus.

Faits marquants : évolution du parc de production

En 2017, de nouvelles évolutions de la base installée sont à noter : croissance du parc éolien, remise en exploitation de deux cycles ouverts, fermeture définitive du cycle combiné de Gand-Ham.


Les actions (1) : mesurer l'empreinte globale

Les actions (2) : réduire l'empreinte globale

Certification ISO 50 001 : le plan d’action progresse

Pour qu’EDF Luminus conserve sa certification ISO 50 001, obtenue en 2016, un plan d’action spécifique, centré sur les économies d’énergie, doit être mis en œuvre et son avancement contrôlé régulièrement.

 

En 2017, le plan d’action a progressé sur plusieurs points :

  • L’éclairage obsolète est systématiquement remplacé par un éclairage LED, sur l’ensemble des sites. Cela a notamment été le cas à Ham et à Ringvaart.
  • L’installation de stockage et d’alimentation d’azote du site de Ringvaart a été remplacée pour éviter les fuites d’azote.
  • L’audit énergétique du site de Izegem par un expert externe n’a pas permis d’identifier de pistes d’amélioration. D’autres audits ont commencé en 2017 à Ringvaart et à Ham.

Réduction des émissions hors production : des actions volontaires

Nouvelle baisse des émissions moyennes du parc automobile

En 2017, les émissions moyennes du parc automobile EDF Luminus SA/NV sont descendues à 110 g/km, soit une baisse de 1,4% par rapport à l’année précédente.

 

A noter que la moyenne des émissions des véhicules EDF Luminus enregistrés en 2017 n’était que de 107 g/km, contre 112 g/km en moyenne pour les véhicules de société immatriculés en Belgique en 2016.

Sources : EDF Luminus & FEBIAC (dernier chiffre disponible    à la date de publication du rapport).

 Moyenne des émissions de CO2 du parc   automobile EDF Luminus (g/km)

Sources : EDF Luminus et constructeurs automobiles.


Baisse de 10% des impressions papier

En 2017, la quantité de feuilles de papier imprimées a encore baissé de 10% par rapport à 2016. Une réduction importante du nombre d'impressions papier avait pu être obtenue en 2016 grâce à la modification du parc d'imprimantes et des procédures d'impression (pas d'impression à distance, noir et blanc & recto-verso définis par défaut).

 Quantité de feuilles de papier imprimées (milliers)

Source : EDF Luminus.


Trajets domicile-travail : le nombre de cyclistes augmente

En 2017, 77 cyclistes ont pu bénéficier de la prime attribuée en cas d’utilisation d’une bicyclette pour les trajets domicile-travail, au lieu de 72 en 2016. Plus de 80 546 kilomètres ont été parcourus, soit une moyenne de 1 046 kilomètres par an par cycliste.

Les indicateurs

Le mix énergétique

  Production nette d'électricité (GWh), hors chaleur       

Source : EDF Luminus. 

En application des recommandations du protocole GHG, ce graphe, de même que les suivants, comprend les chiffres correspondant à la quote-part d’EDF Luminus dans la production nucléaire belge (10,2% des quatre centrales les plus récentes). En revanche, ces chiffres n’incluent pas la production associée aux droits de tirage sur Chooz B (100 MW).

La production d’énergie renouvelable est en hausse (+2,4%) en 2017 (+15,7% en deux ans), grâce à la progression de la production d'électricité d'origine éolienne (+19,5%), et ce malgré la diminution de la production d’électricité d’origine hydraulique (-31,3%)

 

La production d’origine nucléaire utilisée par EDF Luminus a légèrement diminué (-8%) en grande partie à cause d'un arrêt prolongé de la centrale de Doel 3 depuis le 22 septembre 2017 (et prévue jusqu'en août 2018).

 

La production d’origine thermique a atteint son niveau le plus élevé depuis 2011, soit une augmentation de +43,2%, en raison :

  • de l’indisponibilité de plusieurs centrales nucléaires belges et françaises en début et en fin d'année 2017 ;
  • des succès enregistrés par EDF Luminus lors des enchères organisées par Elia pour les réglages primaire et secondaire et la réserve tertiaire ;
  • du fonctionnement en base, durant toute l’année, des deux moteurs de cogénération (2,7 MWe chacun) de la centrale de Ham, connectés au réseau de distribution de chaleur de Gand.

Au total, la production issue de sources renouvelables atteint 12,1% du total. La part du thermique (centrales alimentées en gaz naturel) s’établit à 38,9%, tandis que celle du nucléaire représente 49% du total.

Emissions de dioxyde de carbone du parc de production

Les émissions des installations de production thermiques d’EDF Luminus (CO2, oxyde d’azote notamment) font l’objet de déclarations annuelles obligatoires auprès des autorités.

Tout dépassement des seuils réglementaires doit en outre être signalé directement, et des mesures correctives doivent être prises. Ces déclarations font l’objet d’audits internes et d’une vérification annuelle par un organisme agréé pour ce qui concerne le CO2.

Emissions de dioxyde de carbone en hausse, du fait de l'augmentation de la production des centrales au gaz

  Emissions de CO2

Emissions totales du parc de production (kilotonnes)

Source : Rapports environnementaux. Chiffres audités

et validés par le VBBV (Flandre) et Vincotte (Wallonie).

Les émissions de CO2 du parc thermique d’EDF Luminus sont en hausse (+43%) du fait de l'augmentation de la production d’origine thermique de l’entreprise (+43,2%).

Kg par MWh produit, chaleur comprise

Source : EDF Luminus.

Les émissions rapportées au kilowattheure produit sont également en hausse (+34,7%), en raison de la progression de la part de la production thermique (de 29% à 38,9%) dans la production totale.



Pour en savoir plus sur ...