Exploitation durable des centrales hydrauliques

Programme Life 4 fish : obtention d'un subside européen pour mieux protéger deux espèces menacées

 

En juin 2017, EDF Luminus et ses partenaires (UNamur, ULiège, Profish technologies, EDF R&D) ont obtenu de la commission européenne un subside conséquent, afin de mettre en œuvre et de valider différents moyens de protéger deux espèces de poissons migrateurs en Meuse, l’anguille argentée et le smolt de saumon.

 

Ce programme de cinq ans, financé à hauteur de 2 millions d’euros par la commission européenne pour un coût total de 4 millions d’euros, a pour but d’apporter des solutions durables, qui garantissent le productible hydroélectrique et une dévalaison en sécurité des poissons migrateurs.

 

Une partie des études du programme Life 4 Fish est financée par EDF Luminus, sur fonds propres, à hauteur de 1,5 million d’euros. Ces études permettront d’établir l’état initial. Il s’agit d’une part de détecter les chemins de dévalaison empruntés par les deux espèces, et d’autre part de mesurer la continuité écologique, sur trois centrales représentatives de l’ensemble du parc hydro-électrique d’EDF Luminus, Andenne, Grands-Malades et Monsin.

 

"C’est la première fois que des mesures de cette ampleur sont réalisées sur la basse Meuse." indique Pierre Theunissen, Project Manager chez EDF Luminus. "Toutes les études prévues en 2017 n’ont pas pu être menées selon le programme prévu, faute d’hydraulicité suffisante. En particulier celles portant sur la survie des poissons, qui doivent se réaliser à débit nominal. Mais nous avons néanmoins pu récolter les données de dévalaison concernant les saumons de mars à avril 2017. L’étude des données de dévalaison de l’anguille a commencé en octobre 2017 et se poursuit en 2018".

Tests des mesures de la continuité écologique sur les saumons, effectués le 14 mars 2017.

Quatre solutions à tester

 

Les quatre solutions étudiées dans le cadre du programme Life 4 Fish font appel à différentes technologies. La première consiste à prédire les périodes de dévalaison, pour adapter la stratégie de pilotage des ouvrages hydro-électriques à l’intensité de l’activité migratoire des poissons. La deuxième consiste à installer des barrières répulsives, visant à orienter la dévalaison vers le passage adéquat. La troisième vise à la mise en place d’un exutoire de dévalaison. La quatrième solution, qui n’est pas financée par le Programme Life, consiste à remplacer deux turbines existantes, sur le site de Monsin, par un nouveau type de turbine, appelée turbine éco-durable. Celle-ci doit permettre de réduire l’impact sur la faune piscicole tout en garantissant un productible suffisant.


Des partenaires prestigieux

 

Pour mener à bien un projet d’une telle envergure, EDF Luminus a sollicité la contribution scientifique et technique de plusieurs partenaires :

  • L’ULiège (HECE de l’Université de Liège) apporte son expertise en modélisation hydraulique, afin d’établir un lien entre la configuration des sites et le comportement des poissons. L’étude détaillée des conditions d’écoulement, par voie numérique et expérimentale, sur modèles réduits physiques, vise à permettre d’améliorer la conception des ouvrages.
  • L’UNamur contribue à la constitution des stocks de poissons et à l’étude des marqueurs biologiques de stress. 
  • Les équipes Recherche et Développement du Groupe EDF prennent en charge l’établissement des modèles de dévalaison et le protocole de mesure.
  • La société Profish Technology, spécialiste du monitoring biologique, contribue à l’étude initiale des chemins de dévalaison et aux mesures d'efficacité des solutions mises en place.

Un comité scientifique spécifique se réunit a minima deux fois par an durant toute la durée du projet, afin d’assurer le rayonnement international de celui-ci ainsi que les futures opérations de réplication.

 

En savoir plus sur ce projet.